Les Détails

Jean Rooble : « Si je peins des portraits, c’est parce que je m’intéresse à l’histoire des gens. »

Jean Rooble : « Si je peins des portraits, c’est parce que je m’intéresse à l’histoire des gens. »

Artiste plasticien et graffeur autodidacte, Jean Rooble a commencé le graffiti en 1999. D’abord axé sur le lettrage, son travail s’oriente ensuite vers la réalisation de portraits hyper-réalistes, sur murs ou sur toiles, à la bombe de peinture, à main levée.
Chill Okubo : « Témoigner de l’intime, renverser les préjugés. »

Chill Okubo : « Témoigner de l’intime, renverser les préjugés. »

Réalisatrice, photographe et directrice de la photographie, Chill Okubo dévoile ici plusieurs clés de lecture de son travail, du Japon aux nuits inaccoutumées.
David Gauchard : « Je sentais que le métier de modèle vivant pouvait être au milieu de contradictions assez fortes. »

David Gauchard : « Je sentais que le métier de modèle vivant pouvait être au milieu de contradictions assez fortes. »

Le métier de modèle vivant, méconnu, charrie son lot de fantasmes et de préjugés. David Gauchard est parti, avec Léonore Chaix, à la rencontre d'artistes de la pose découverte, pour créer la pièce Nu.
Éloïse Mercier : « Comment s’adapter lorsque l’on est placé hors de son élément naturel ?  »​

Éloïse Mercier : « Comment s’adapter lorsque l’on est placé hors de son élément naturel ? »​

D'une période de sa vie passée à Hô Chi Minh-Ville, au Vietnam, Éloïse Mercier a extrait Une goutte d'eau dans un nuage, une pièce entre chronique et fiction.
Lisa Guez : « Comprendre comment chaque femme peut se libérer du conditionnement. »

Lisa Guez : « Comprendre comment chaque femme peut se libérer du conditionnement. »

Au milieu de l'obscurité qui s'est abattue sur les scènes, l'an dernier j'ai assisté à une représentation étoilée de Les femmes de Barbe-Bleue, mise en scène par Lisa Guez. La pièce avait fait parler d'elle pour avoir été récompensée lors du Festival Impatience, ainsi que par sa présence au programme du Festival d'Avignon. J'avais noté quelques impressions, et mis de côté une poignée de questions. L'obscurité en voie de se dissiper et la programmation de la pièce à Avignon, au Théâtre des Carmes, m'offrent l'occasion, enfin, de les poser à Lisa Guez.
Perrine Mornay et Olivier Boréel, à la poursuite d’Olivier Py

Perrine Mornay et Olivier Boréel, à la poursuite d’Olivier Py

Qui est Olivier Py ? Peut-être les spectateurs qui assisteront à la pièce Pour un bilan raisonné de la direction d'Olivier Py, annoncée avec Olivier Py au jeu, donnée en petit comité (une jauge avoisinant la douzaine) dans une salle de réunion, dans le cadre de la programmation du Théâtre du Train Bleu, pourront-ils avoir un complément de réponse à cette question. Ce faisant, un certain mystère entourant cette proposition théâtrale, je n’ai pu m’empêcher d’en discuter avec ses co-créateurs, Perrine Mornay et Olivier Boréel, du collectif Impatience.
Bruno Bouché : « Ce que j’essaie de mettre en place, c’est un cadre qui laisse toute sa place à la singularité. »

Bruno Bouché : « Ce que j’essaie de mettre en place, c’est un cadre qui laisse toute sa place à la singularité. »

C’est presque dans un même mouvement que ma récente discussion avec le peintre Silvère Jarrosson a été suivie d’une autre, avec Bruno Bouché, le directeur artistique du Ballet de l’Opéra national du Rhin : ce dernier a confié au peintre la scénographie de Danser Schubert au XXIème siècle, un ensemble de quinze pièces, par les danseurs-chorégraphes du Ballet, qui sera créé en octobre. Dialogue entre disciplines artistiques, déconstruction de la tradition, protection de la singularité de l’artiste… Le déjà vaste champ de sa carrière a instillé à Bruno Bouché un vivifiant allant d’ouverture.
Marie Moroté : « J’ai une forte préférence pour la spontanéité. »

Marie Moroté : « J’ai une forte préférence pour la spontanéité. »

À l'ère du personal branding, la photographe Marie Moroté signe son travail d'un sibyllin « I'm not James. » Ce qui, bien sûr, a attisé ma curiosité.
Ali Arkady : « Au Moyen-Orient, nous ne ressentons pas de la même manière l’espoir et le désespoir. »

Ali Arkady : « Au Moyen-Orient, nous ne ressentons pas de la même manière l’espoir et le désespoir. »

Entretien avec Ali Arkady, qui mène une carrière de photojournaliste et un travail artistique, lesquels se mêlent dans l'un de ses derniers projets, Monolithographie.
Dan Ramaën : « Je me suis laissé porter par le vent, qui a été un bon guide. »

Dan Ramaën : « Je me suis laissé porter par le vent, qui a été un bon guide. »

Photographe des grands espaces et des espaces scéniques, Dan Ramaën évoque notamment son road trip aux États-Unis, sur les traces de Henry David Thoreau.
Silvère Jarrosson : « Je ne partage pas la vision qui voudrait que la peinture soit arrivée dans une impasse. »

Silvère Jarrosson : « Je ne partage pas la vision qui voudrait que la peinture soit arrivée dans une impasse. »

A notamment été écrit, à propos de sa peinture, qu'elle est « une peinture de l’exploration qui embrasse le cosmos, la pensée et le mystère de l’indicible. » Entretien avec Silvère Jarrosson, à l'orée d'une exposition à la Galerie Faidherbe (Paris), où ses œuvres vont rencontrer celles de Olivier Debré.
Joséphine Brueder : « L’image a envahi notre environnement. »

Joséphine Brueder : « L’image a envahi notre environnement. »

Travaillant pour la Ville de Paris et menant en parallèle ses projets artistiques, la photographe Joséphine Brueder pose un regard singulier sur la relation que nous entretenons avec notre environnement.  
Samuel Gallet : « Apprendre à s’aventurer dans la forêt des signes. »

Samuel Gallet : « Apprendre à s’aventurer dans la forêt des signes. »

Metteur en scène, écrivain et dramaturge dont les textes sont notamment publiés par les Éditions Espaces 34, Samuel Gallet cultive particulièrement une espèce menacée, l’imaginaire.
Olivier Laban-Mattei : « Fouiller des sujets de société, s’affranchir de l’urgence. »

Olivier Laban-Mattei : « Fouiller des sujets de société, s’affranchir de l’urgence. »

Olivier Laban-Mattei est un photographe et réalisateur sans frontière géographique, de sujet, de genre. Au moment de cet entretien, il s’apprête à rejoindre le Groenland pour un nouveau projet au long cours.
Lina Soualem : « Il y a de multiples manières de raconter le réel. »

Lina Soualem : « Il y a de multiples manières de raconter le réel. »

Lina Soualem est la réalisatrice du film documentaire Leur Algérie, lauréat notamment du prix Docs-in-Progress Award remis par le Doc Corner du Marché du film de Cannes, qui raconte l’histoire de ses grands-parents, immigrés algériens établis à Thiers, qui se sont séparés après 62 ans de mariage.
Saskia Bertrand : « J’aime le contraste entre architecture et nature. »

Saskia Bertrand : « J’aime le contraste entre architecture et nature. »

Artiste basée à Paris, Saskia Bertrand évoque son travail où la nature est ponctuée de bâtiments abandonnés et autres vestiges d'activités humaines.
Saki : « J’entreprends la création d’une vidéo comme une chorégraphie. »

Saki : « J’entreprends la création d’une vidéo comme une chorégraphie. »

Comment faire prévaloir la créativité sur la technologie, lorsque sont utilisés notamment la 3D et le motion design ? C'est l'une des questions posées à Saki.
Leila Nour Johnson : « Par essence, mon corps est politique. »

Leila Nour Johnson : « Par essence, mon corps est politique. »

Artiste basée à Paris, afghane par sa mère et anglaise par son père, Leila Nour Johnson évoque la question de l'identité, élément central de son travail.
Chitro Shahabuddin : « La peinture est indispensable à mon équilibre. »

Chitro Shahabuddin : « La peinture est indispensable à mon équilibre. »

Avocate au barreau de Paris, artiste peintre, Chitro Shahabuddin met l'art au service de l'action humanitaire, grâce à l'association Terra Solidari.
Laura Villey : « Transformer des matériaux de récupération, les amener vers le merveilleux. »

Laura Villey : « Transformer des matériaux de récupération, les amener vers le merveilleux. »

Laura Villey nous ouvre les portes de son riche univers créatif, où la récupération de matériaux n'est pas un vain mot.
1 2
error: Contenu protégé contre le plagiat