Les Détails

★★★★

Après des années de disette, et la trentaine proche, la comédienne Léa Girardet décide de suivre un conseil que Aimé Jacquet —sélectionneur de l’équipe de France masculine de football sacrée en 1998, avec lequel dans ses rêves nocturnes parfois elle se marie— avait adressé à Robert Pirès : muscler son jeu. Pas sur scène, puisqu’elle n’y est point appelée, mais par la prise en main de sa carrière. Aussi décide-t-elle de s’auto-titulariser, en créant son propre seule-en-scène. Elle y parlera de son cher Aimé, au parcours semé d’embûches et de sobriquets, de joueurs ayant ciré le banc, ou encore de Gigi de Reims, gardienne de but à une époque où la pratique du football par les femmes n’avait aucune existence reconnue.

C’est à une astucieuse et réjouissante mise en abyme que procède ici Léa Girardet. La comédienne jongle joyeusement avec atermoiements de footeux, ses coups de pompe face à une revêche psychologue et les discours de motivation d’Aimé Jacquet. S’amuser de l’échec pour mieux rebondir, une tactique qui devrait la préserver du banc de touche pour un bon moment.
À découvrir !

—Walter Géhin

LE SYNDROME DU BANC DE TOUCHE / de et avec Léa Girardet / mise en scène Julie Bertin.

error: Contenu protégé contre le plagiat